Feet in a circle

The TMF is sponsored by:

Superheroine Tickle Takedown: Dark Wonder Woman vs Storm! (1080 mp4)
Nixlynka's 1st tickle torture - full body
Another Ticklish Fernanda - FULL HD
Clips4Sale Banner
Not So Defiant Anymore (1080p)
Tickling Alla in the car by Agata - foot and half-dressed body (FULL HD MP4)
Welcome Freshie Juice

What's New?

5/24/2019

MTJ Publishing has a new e-Comic out! Details below!

New from MTJ

Hysterical
Cases #1

Click here
5/23/19

Mobile tickling app


Click here to visit the forum.

Click here to check out the app.

clips4sale.com


The largest clips store online

Honor Roll

Thank you to all of our Patrons!
Thank you all!

Xandier
Vanillaphant
Tkprince
Tkle 26
Tidas
Tickler334
Tickle Labs
The Tickle Room
The Bandito
Tenebrae
Taye
Sttklr
Singleandlookin
Shatelt1992
ShadowJake99
Rajee
R4j20c67
Rage
Oekaki Tickles
Noneya
Nedstacey2
MTJ Publishing
Milagros317
Mchurley
Martin20
LeeAllure
Laughter_n_love
Justin Sane
Jmills
Goddess_nemesis
FJSLikesTickling
February7
Erotickles
DVNC
Dr_Random
Doctor D
Docsoul
Darkknight
Cletus
BrightEyes1082
Airthedestoyer
Aftkler

Become a TMF Supporter

Explore the TMF

Link Us!

Link your site to the TMF. Info here

Live Camgirls!

Live Camgirls

Streaming Videos

Pic of the Week

Pic of the Week

Trivia Winner:

likeasong

Page 3 of 4 FirstFirst 1234 LastLast
Results 31 to 45 of 47
  1. #31
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    Mais en plus des langues chaudes et avides de sel qui parcouraient goulûment et à un rythme infernal et infatigable toutes les surfaces salées des deux plantes de pieds nues, les lèvres souples et poilues se déformaient autour des orteils en les suçant et les aspirant dans la bouche chaude des chèvres et humide provoquant d’abominables chatouilles qui faisaient hurler de rire la pauvre Moira. Les pieds nus de Moira étaient extraordinairement flexibles, ils se tordaient dans tous les sens sous les chatouilles, tantôt écartant les doigts de pieds à l’extrême, tantôt au contraire les recroquevillant en plissant les plantes; tantôt leur cambrure s’accentuait à l’extrême essayant vainement d’éviter les langues gourmandes. Les deux chèvres, complètement indifférentes à ces hurlements de rire inhumains, continuaient ainsi leur horrible besogne pendant de longues, très longues, trop longues minutes. En effet, au bout de quelques minutes, Moira avait tellement rit sous le supplice des chatouilles qu’elle avait d’affreuses crampes aux ventres, sa respiration devenait de plus en plus difficile, son rire variait par paliers successifs des très aigus comme une hyène vers les graves tout en diminuant en intensité jusqu’à devenir silencieux, laissant ses seuls ses abdominaux secoués de spasmes comme ultime preuve que son rire continuait.

    Mais les deux femmes aux chèvres placées derrière le carcan, ne pouvaient pas voir le ventre nu continuer à se tordre de rire en silence. Tout ce qu’elles pouvaient constater était l’arrêt progressif du rire de la suppliciée. Elles ont donc pensé que Moira était en train de s’évanouir. Toutes les deux tirèrent donc fortement en arrière les cordes qui maintenaient les cous des chèvres bêlantes afin de les éloigner des pieds nus de Moira. C‘est alors que Moira asphyxiée, enfin libérée du supplice, reprit une énorme et rapide inspiration afin de remplir complètement ses poumons avant de libérer tout cet air bienfaiteur en un intense rire de femme chatouillée qui se déversa en cascades depuis sa bouche grande ouverte vers la totalité de l’estrade, de la place du Marché, vrillant les tympans des spectateurs transits*; ce rire inhumain et délicieux à la fois, ricocha sur les murs médiévaux avant d’atteindre les oreilles de Catherina qui, en l’entendant, avait abandonné le supplice de la plume de Pamela pour courir vers la fenêtre de son appartement afin d’assister elle aussi au spectacle.

    Rassurée, la femme au seau rajouta du sel sur les pieds nus de Moira*; puis, les deux femmes libérèrent de nouveau les chèvres qui se jetèrent comme des sauvages assoiffées sur ces deux plantes de pieds couvertes de leur breuvage préféré. Même si du haut de son appartement elle ne pouvait pas voir les magnifiques pieds nus de Moira, Catherina, toujours très excitée, resta à observer la scène depuis sa fenêtre jusqu’à la fin du supplice qui dura une bonne heure. Une heure pendant laquelle les chèvres étaient régulièrement éloignées des pieds nus de Moira soit pour lui permettre de reprendre son souffle, soit pour rajouter du sel sur ses pieds. Pendant cette heure, Moira criait, hurlait de rire, suffoquait, tordait ses pieds dans tous les sens sous les insupportables chatouilles procurées par les langues de chèvre...

    A la fin du supplice, Moira continua à mêler rires, suppliques et propos parfois incohérents*tout en continuant à remuant ses pieds nus et ses orteils hyper flexibles les tordants dans des contorsions improbables :

    hihihi….mhihihihi… vouiii…. Hihihi…. Vouiiii… je… hihihi… je suis très chatouilleuse sous les pieds… vouiii… ohlalalalalala… hiiiii…. Les chèvres m’ont chatouillé les pieds… hihihihi… c’est un supplice horriiiiiible… hihihihi…. Vouii horriiiible…. Hahahaha…. Hihihihi….. hihihihi…… hahahahahaha…. Hahahahaha…. Je… mhiiiii… je suis trop …. hihihihi… chatouilleuse sous la plante des pieds hehehehehehe…. Et sous les doigts d’pieds aussiii...Vouiiiii… très chatouilleuse sous les doigts d’pieds… les chèvres m’ont trop chatouillée les pieds et les orteils … hahahaha… hihihihi… hufff hufff… hufff…. Voui… elles m’ont fait trop de guilis sous les pieds… Laissez moi sortir de là… lalalala… voui je vous en supplie laissez moi sortir…. Ne me faites plus jamais de guilis guilis sous les pieds par des chèvres…. Hahahaha…. Hihihi…. Je vous en supplie…

    C’est alors que les deux femmes quittèrent l’estrade laissant seule Moira riant toute seule comme une demeurée face à la foule éberluée par la scène à laquelle elle venait d’assister.

  2. #32
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    LES AISSELLES SI CHATOUILLEUSES D’ORPHANE


    Suite au terrible supplice du ventre et des hanches de Diana, La Reine demanda à Bertha de s’occuper de la dernière des complices*: Orphane.

    ¨La dernière des complices, Orphane est bien chatouilleuse des aisselles n’est-ce pas*? Qu’on l’amène dans la salle du portique. Je vous y rejoindrai¨, demanda-t-elle
    - Bien Madame La Reine, répondit Bertha

    Quelques minutes plus tard, deux gardiennes emmenèrent donc Orphane dans cette autre salle d’interrogatoire un peu spéciale, où se trouvait déjà La Reine avec ses gardiennes.

    ¨Attachez-là sur le portique¨, commanda-t-elle

    Le portique était un drôle d’appareil haut avec des éléments en métal et d’autres en bois. Il s’agissait d’une structure constituée de 4 longs pieds cylindriques en métal enfoncés profondément et donc fixés de manière très solide dans le sol de la salle, pieds répartis selon une base rectangulaire d’1m50 par 1m. Les deux pieds avant, hauts d’1m50 étaient séparés d’1m50*; les deux pieds arrière, hauts d’environ 2m50, étaient séparés également d’1m50 entre eux, et de 1m des deux pieds avants. Une planche en bois reposait sur ces 4 pieds faisant ainsi un angle de 45 degrés avec l’horizontale, sa partie basse avant donc située à 1m50 du sol et sa partie haute arrière à 2m50 du sol. A proximité de la partie haute de cette planche étaient fixés deux anneaux métalliques côte à côte réglables pour accueillir des poignets. Sur les pieds avants étaient fixés d’autres anneaux pouvant accueillir des chevilles. Ces anneaux pouvant coulisser le long de ces pieds afin de s’adapter à la taille de la prisonnière y prenant place.

    Deux gardiennes installèrent Orphane après l’avoir déshabillée. Orphane était une femme châtain, de taille moyenne, relativement bien en chair, avec des cheveux mi-long et des yeux marrons. Elle pouvait presque passer inaperçue tant son physique était somme toute assez banal. La peur panique pouvait se lire sur son visage pendant qu’on l’attachait sur ce très simple mais étrange appareil qui la cassait en deux au niveau des épaules, son corps étant vertical, à l’exception de ses bras tirés vers le haut en vers l’arrière. Tout en se débattant, elle demanda*:

    ¨Qu’est-ce que vous allez me faire? Pourquoi vous m’attachez ainsi. Je ne risque pas de m’échapper. Et pourquoi m’avoir déshabillée*? Ne me faites pas ce que vous avez certainement dû faire subir à cette pauvre Diana, et ce que j’ai déjà subie dans l’autre salle de torture. Je l’ai entendue hurler de rire tout à l’heure*: vous l’avez chatouillée n’est-ce pas*? Hein*? C’est bien cà*? Et moi aussi*? vous allez de nouveau me faire des chatouilles?¨

    ¨Tu as tout compris¨, répondit La Reine avec un large sourire. ¨Bertha m’a dit que tu craignais les chatouilles sous les aisselles, c’est bien vrai*?

    ¨Non*! Vous ne pouvez pas me faire ca*! Pitié*! Laissez moi. Ne me faites pas de chatouilles sous les bras. Je vous en supplie.¨

    Bientôt, Orphane fût complètement immobilisée sur le portique, ses jambes écartées avec les chevilles attachée à la base des deux poteaux avants, et ses bras tendus à l’extrême vers l’arrière de sa tête, ses deux poignets attachés ensembles aux deux anneaux fixés dans la planche. L’orientation à 45 degrés de cette planche tiraient encore plus sur ses deux bras et ouvraient complètement ses larges aisselles dénudées. Ces aisselles*! Quelles aisselles*sublimes ! Elles étaient très grandes, avec des creux très profonds comme deux grottes partiellement sombres car les bords y projetaient leur ombre. Elles semblaient d’une grande douceur, sans aucun poil. La position sur le portique rendait ses aisselles complètement exposées et très facilement accessibles aux deux mains d’une personne placée debout devant elle.

    ¨Bertha¨, commanda La Reine, ¨Chatouillez-là sous les bras*!¨

    ¨Bien Madame La Reine¨, répondit Bertha sans se faire prier tellement elle adorait faire des chatouilles, spécialement sous les aisselles.

    Bertha, un petit sourire aux lèvres, se plaça debout devant Orphane et fît remuer ses 10 doigts dans les airs devant les yeux ahuris d’Orphane qui les suivaient d’un regard très inquiet. Puis les dix doigts remuant s’approchèrent inexorablement des deux creux larges et profonds des deux aisselles exposées sans défense. Puis, deux par deux, ses ongles longs effleurèrent très légèrement la peau fine et douce des aisselles nues en un balai régulier*: d’abord les deux index, puis les deux majeurs, puis les deux annulaires, et les deux auriculaires, et de nouveau les deux index etc.

    Orphane essayait de fixer de ses yeux les ongles remuants tournant sa tête successivement à droite, puis à gauche, accélérant le mouvement à mesure que les doigts de Bertha se rapprochaient de ses aisselles. Mais ses aisselles étaient tellement creusées que les ongles étaient cachés par les bords supérieurs disparaissant ainsi de sa vue au sein de ses deux ¨grottes de dessous de bras¨. Son regard devenait de plus en plus paniqué. Puis lors des effleurements de ces dix doigts experts, elle ferma les yeux, et crispa la bouche, essayant de maintenir les lèvres serrées.

    Bertha, son sourire s’élargissant en constatant l’efficacité grandissante du supplice, continua ainsi à effleurer les creux d’aisselles nues avec la pointe de ses ongles, observant la tête rougissante d’Orphane en train d’essayer de se retenir de rire. Elle ne pût s’empêcher de l’asticoter tout en la chatouillant sous les bras*:

    ¨Alors*? Ça te fait quoi quand je passe mes ongles longs dans les creux de tes aisselles*comme ça ?Ça fait des chatouilles hein? Tu crains les chatouilles sous les bras*n’est-ce pas ? Tu as envie de rire*? C’est ça ? C’est pour ça que tu deviens toute rouge ? Hein*? Dis-moi. Ça te fait rougir quand je te chatouille sous les bras ? Avoues*! Je pense que tu vas bientôt exploser de rire*! Non?Non? Tu verras*! Dans peu de temps, je vais te faire hurler de rire avec mes ongles*!¨

    Orphane faisait des efforts de plus en plus insurmontables pour résister à cette envie de rire qui montait progressivement depuis son ventre, à cause de ces effleurement incessants qui lui faisaient d’horribles chatouilles sous les bras. Bientôt, un premier et violent spasme chatouilleux secoua son corps faisant contracter ses abdominaux, suivi d’un petit gémissement qui traversa ses lèvres de manière complètement incontrôlée.

    ¨Oh*! Qu’est-ce que j’ai entendu*? Un petit gémissement*? C’est ça*? Tu as émis un petit gémissement*? Tu ne pourras bientôt plus te contrôler ? Ça y est presque*! Je sens que tu vas craquer*; je sais que ça te fait des chatouilles de plus en plus insupportables...¨

    Un immense sourire complètement incontrôlable traversait maintenant le visage d’Orphane d’une oreille à l’autre*; mais Orphane essayait toujours de maintenir les lèvres serrées tout en souriant. Ses yeux devenus rieurs sous le supplice étaient surmontés par ses sourcils qui, de par leur expression en accent circonflexe, montraient l’évidente inquiétude et souffrance lié au combat intérieur qu’elle menait contre cette incroyable envie de rire qui remontait depuis son ventre. Ses lèvres se mirent bientôt à trembler. Sa respiration forcée par le nez devenait de plus en plus rapide et bruyante l’air entrant et sortant de ses narines retroussées de manière de plus en plus puissante comme si elle faisait un effort physique intense. Sa tête rougissait de plus en plus, de même que ses oreilles. Ses yeux, grand ouverts, dont l’expression emplie de panique et d’inquiétude contrastaient avec son large sourire, suivaient les mouvement des doigts agiles à défaut de pouvoir suivre ceux des ongles masqués par les creux très profonds de ses aisselles nues.

    Bertha s’amusa à faire varier très légèrement l’intensité des effleurements de ses ongles de manière à provoquer chez Orphane des petits gémissements soudains accompagnés de spasmes convulsifs de son ventre nu et tendu. Puis elle décida d’accentuer le sentiment de vulnérabilité aux chatouilles d’Orphane en débitant de manière répétée de très excitants et très aigus ¨guiiiiili guili guili guili guili guili... guiiiiili guili guili guili guili guili guili … guiiiiiiiili guili guili guili guili guili guili guili guili …. guiiiiiiiili guili guili guili guili guili guili guili …. guiiiiiiili guili guili guili guili guili guili guili guili guili guili guili ...¨ tout en chatouillant avec ses ongles les aisselles par des effleurement tantôt très langoureux tantôt plus appuyés.

    La tête rouge d’Orphane tremblait de plus en plus. De la bave commençait à apparaître à la commissure de ses lèvres, et des larmes sur les bords externes de ses yeux de plus en plus rieurs. Ses lèvres tremblaient comme si elle avait froid, elle claquait des dents qu’elle serrait serrait. Sa mâchoire lui faisait de plus en plus mal à cause de sa lutte contre les spasmes de rire qui étaient maintenant parvenus jusqu’au bord de ses lèvres. Bientôt tout son corps de tordait dans des contractions improbables depuis son ventre nu exposé jusqu’à sa tête en passant par sa belle poitrine nue et ses épaules.

    Soudain, Bertha augmenta l’intensité du supplice des chatouilles en faisant galoper tous ses longs ongles de manière beaucoup plus rapide en fouillant ces creux d´ aisselles de manière beaucoup plus appuyée, et en excitant la pauvre Orphane au bord de la crise de rire en lui disant de manière plus forte*:

    ¨Et là ça fait quoi*quand je te fais des guilis guilis comme ça avec tous mes ongles ? GUILI GUILI GUILI GUILI GUILI …. GUILI GUILI GUILI GUILI… GUILI GUILI GUILI GUILI… GUILI GUILI GUILI GUILI… GUILI GUILI GUILI GUILI… tu vas exploser de rire je le sens, je le...¨

    Orphane ne put se retenir plus longtemps*; elle émit un prodigieux cri strident, suivi d’un monumental éclat de rire de femme chatouillée, libérant d’un seul coup toute la tension provoquée par sa résistance aux guilis guilis incessants provoqués par les ongles longs et sadiques de Bertha au sein des creux très profonds de ses aisselles nues hyper chatouilleuses*:

    ¨….uuuuUUUUUUAAAAAAAAAH...AAAAAAAAAH… HAHAHAHAHA..hahahahaha…. UuuuUUUUUUUAAAAAAAH… AAAAAAHH… HAHAHAHAHA… hahahahaha… hahahahaha… uuuuAAAAAH… AHAHAHAHAHA…. Pas sous les braaaaaaaaas.. hahahahahaha…. Pas les braaaas.. hahahahahaha… HAHAHAHAHA….. hahahaha...

    Mais Bertha continua à faire monter encore et encore ce rire fort et clair de la bouche grande ouverte d ‘Orphane qui hurlait sous les chatouilles prodiguées par ces ongles longs infatigables.

    ¨guili guili guili guili…. guili guili guili guili… tu vois*? Je savais que tu ne résisterais pas très longtemps à mes chatouilles sous les bras… guili guili guili guili… ca te chatouille hein*? guili guili guili guili...¨

    ¨HAAAAAA...HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHHA… HAHAHAHAHA… HAAAAAHAHAHAHAHA……. HAHAHAHAHAHA…. … ARRETEEEEEEZ LES CHATOUIIIIIIIILLES … HAHAHAHHAAHA….. arreteez les chatouilles …. HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHAHA...¨

    ¨Oh mais certainement pas*! guili guili guili guili… guili guili guili guili...¨ poursuivit Bertha tout en la chatouillant.

    Puis progressivement Bertha diminua légèrement l’intensité des chatouilles en reprenant des effleurements lents et langoureux avec la pointe de ses ongles, diminuant ainsi la puissance du rire d’Orphane mais sans l’arrêter:

    ¨huufff… huffff… huuuuff.. huff… hahahaha… mhiiiii…. hiiii… huff huff huff… mhiiii… caa chaatouille sous les braaas… hahahaha… huff… huff… hihihihihihihi…. vous me faites des guiliiis hihihihi… vos … hufff… vos ongles…. hahahaha… ils me chatouillent… hahahaha… ils me font des chatouilles hahahaha… arreteez vos ongles… hihihihi… ils me font trop de guiliiis.. hihihihi… ils me font des guilis sous les braaas… hihihi… huufff… hihihi… je ne peux plus m’arretez de rire… hihihihi… vous me faites trop de chatouilles avec vos ongles… hahahaha… arretez le supplice je vous en priiiiiiie… hihihihi… arretez le supplice des guilis...¨

    Par ses effleurements Bertha maintint ainsi perpétuellement le rire d’Orphane à la limite de l’explosion pendant près d’une heure. Une heure de supplice de chatouilles pendant laquelle Orphane riait sans discontinuer, un très large sourire persistant sur son visage. Les muscles de ses abdominaux et de son cou lui faisaient mal à force de rire. Ses joues étaient couvertes de larmes qui coulaient de manière abondante de ses yeux rieurs. De la bave s’écoulait de ses lèvres ouvertes. Ses cheveux étaient en bataille à force de bouger sa tête coincée entre ses propres aisselles de gauche à droite et de droite à gauche parfois de façon violente comme si elle disait ¨non non non¨. Elle aurait tant voulu pouvoir protéger ses aisselles nues avec ses bras mais les anneaux métalliques qui enserraient fortement ses deux poignets l’en empêchaient. Parfois, dans un réflexe chatouilleux incontrôlable, elle tirait fortement sur un de ses bras ou bien les deux en même temps cherchant à couvrir ses aisselles nues. Ces mouvements parfois violents meurtrissaient les chairs de ses deux poignets au niveau des anneaux rendant la peau à cet endroit de plus en plus rouge. Sa position très inconfortable sur ce portique, sous l’effet de son propre poids, comprimait légèrement ses poumons rendant sa respiration difficile augmentant encore l’intensité de la torture qui l’obligeait à utiliser son air pour crier et rire sans cesse.

    Parfois, Bertha augmentait de manière brutale l’intensité des chatouilles en accélérant sans prévenir le rythme des mouvements de ses ongles longs fouillant de manière aléatoire et intense les creux profonds des aisselles nues, forçant ainsi Orphane à redoubler de rire en hurlant à tue-tête tout en agitant sa tête de gauche à droite de manière très vive et brutale, transformant son petit rire aigu et son sourire délicieux et légèrement bavouilleux, en une énorme cascade de rire débridé expulsé par sa bouche grande ouverte exposant sa langue et ses dents jusqu’au fond de sa gorge déployée. Le corps, la respiration et le rire et les hurlements d’Orphane étaient donc complètement sous le contrôle des ongles longs et sadiques de Bertha. Pendant toute cette heure de supplice, la salle de torture était ainsi remplie du petit rire délicieux entrecoupé parfois de crises de hurlements de rire intense, et des ¨guilis guilis¨ et taquinements verbaux répétés de manière délicieusement perverse par Bertha.

    Au bout de cette heure de torture, Bertha était extrêmement excitée par la situation*: la salle de torture, la position inconfortable et immobile d’Orphane exposant ses aisselles creuses, par la grande sensibilité chatouilleuse de celle-ci, et par le contrôle qu’elle avait sur ses hurlements de rires. Elle avait une énorme envie de jouir.

    Soudain, elle abandonna le supplice pour aller dans une cellule voisine afin de se ¨soulager¨, laissant ainsi Orphane seule continuer malgré tout à rire nerveusement tout en bavouillant des supplications devenue difficilement compréhensibles. Au bout de quelques minutes, Bertha revint dans la petite salle de torture après avoir connu un orgasme d’une puissance absolument inouïe. Et elle constata, un large sourire aux lèvres, que le rire continuait aussi à cause des chatouilles prodiguées par La Reine qui n’avait pas pu s’empêcher de faire des guilis guilis avec ses ongles longs sur le délicieux ventre nu et exposé sans défense d’Orphane, pendant que Bertha s’était ¨absentée¨.
    Last edited by bill2222fr; 05-10-2018 at 03:45 PM.

  3. #33
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    LES RETROUVAILLES


    Le soir venu, les quatre prisonnières, Moira, Pamela, Diana et Orphane furent ramenées dans leur cellules respectives au fin fond des cachots humides, après avoir connu chacune la pire journée de leur vie. Les cellules étant voisines, chacune expliqua, quasiment en pleurant, les tortures qu’elles avaient subies.

    ¨Ces femmes vicieuses et perverses m’ont attachée et chatouillée presque à mort sur mes points les plus sensibles qu’elles avaient d’abord repérées en me torturant sur un chevalet d’inspection spécialement dédié pour ça, avant de me livrer à la foule sur la place du marché¨ commença Moira. ¨C’était horrible*!¨

    ¨Nous aussi¨, s’écrièrent les trois autres, ¨c’était abominable¨

    ¨Je n’ai jamais été aussi atrocement chatouillée sur mon ventre et sur mes hanches*; je ne pouvais pas bouger d’un millimètre attachée sur une espèce de chevalet en forme de T inversé. Et par La Reine elle-même¨, pleurnicha Diana qui frissonna au simple souvenir de son supplice.

    ¨Moi, j’ai dû subir le supplice de la plume sous la plante des pieds par la confidente de La Reine. J’étais attachée dans une toute petite pièce, mes chevilles étaient emprisonnées dans des trous pratiqués dans un des murs de cette pièce, et de l’autre côté, dans la pièce voisine, cette femme sadique me chatouillait les plantes de pieds avec une plume. C’était absolument horrible*! Je ne pouvais absolument rien faire pour l’en empêcher. J’avais beau hurler de rire, supplier elle continuait le supplice sans s’arrêter¨, raconta Pamela

    ¨Et moi, j’ai été chatouillée sous mes aisselles pendant plus d’une heure par la femme bourreau de La Reine. Elle a utilisé ses ongles qu’elle a très très longs pour fouiller mes aisselles sans arrêt. J’ai cru que j’allais mourir de rire. A un moment donné elle est sortie de la pièce, je ne sais pas pourquoi, et c’est à ce moment-là que La Reine l’a remplacée*: mais au lieu de me chatouiller les aisselles, La Reine m’a fait pleins de guilis sur le ventre avec ses ongles. C’était pas aussi atroce*que les chatouilles sous les aisselles, mais je peux vous dire que La Reine chatouille affreusement bien le ventre!¨, confia Orphane

    ¨Et bien moi, j’ai cru mourir dix fois. J’ai été chatouillée sous la plante des pieds, sur le ventre, sur les hanches, sous les aisselles et sur le visage, par des plumes, par des ongles longs, par une femme, parfois par deux, et même trois femmes en même temps. Elles ont réussi à me faire parler sous la torture*: je n’ai pas pu résister au supplice des chatouilles et j’ai tout avoué au sujet des plans de notre Reine Héléna. A un moment donné je me suis évanouie sur un de leur chevalet en forme d’arc. Et vous savez ce qu’elles ont fait pour me réveiller*? La confidente de La Reine m’a fait renifler ses pieds nus et ses orteils qu’elle m’a plaquées sous mon nez*; et je peux vous dire qu’elle sentait très fort des pieds. Jamais je n’avais senti une odeur de pieds pareille*: une horreur*! Sur la place du marché, j’ai même été chatouillée sous la plante des pieds par deux chèvres simultanément. Tous ces supplices de chatouilles ont été pour moi absolument épouvantables !!!¨, pleura Moira

    ¨Oui, Moira! En effet ça a dû être absolument atroce*pour toi, probablement plus que nous toutes réunies! Nous avons entendu tes cris et tes hurlements de rire*que ce soit depuis la salle de torture ou depuis la place du marché. Nous avons eu pitié de toi! Nous pouvions nous mettre à ta place. Et nous craignions de subir le même sort, ayant compris pourquoi tu riais sous la torture parce que l’on te faisait certainement subir l’horrible supplice des chatouilles¨, dévoila Diana
    ¨Et maintenant, à votre avis, qu’est-ce qui va nous arriver?¨, demanda Pamela

    ¨J’ai entendu des histoires sur La Reine, sur sa confidente et sur la femme bourreau.¨, commença Diana.

    ¨Il paraît que la confidente est fétichiste des pieds, et qu’elle a des esclaves à qui elle fait subir le supplice des chatouilles sous les pieds quand elle le souhaite. Il paraît qu’elle peut supplicier une esclave comme ça pendant une nuit entière. Vous imaginez*? Une nuit entière à se faire chatouiller les pieds?¨ poursuivit-elle

    ¨Et il paraît que La Reine adore faire des chatouilles sur le ventre*: c’est son passe-temps favori. Et, comme vous le savez parfaitement, elle est particulièrement experte dans cet art. Elle enferme parfois quelqu’un dans un carcan qui expose uniquement le ventre nu complètement immobilisé. Et elle s’amuse à le chatouiller avec ses ongles jusqu’à ce que la personne perde connaissance¨, continua-t-elle

    ¨Enfin, Bertha, est adepte des guilis sous les aisselles. Elle peut rester des heures et des heures à gratouiller des aisselles chatouilleuses sans s’arrêter. A mon avis elles vont nous prendre comme esclaves*: La Reine prendra la plus chatouilleuse du ventre, la confidente de La Reine la plus chatouilleuse des pieds, et la femme bourreau la plus chatouilleuse des aisselles¨

    ¨Mais ca ne fait que trois, et nous sommes quatre¨, remarqua Orphane.

    ¨En effet, il est probable que l’une d’entre nous soit partagée par ces trois femmes perverses¨, répondit Diana.

    ¨Mois je crains trop sous les pieds, surtout avec la plume¨, s’écria Pamela

    ¨Moi c’est les aisselles¨, dit Orphane

    ¨Moi ce sont les hanches et le ventre¨, expliqua Diana

    ¨Et moi*! Oh mon Dieu, et moi je crains de partout*! C’est donc moi qui serait partagée!¨, s’effondra Moira en pleurant, réalisant son probable triste sort.

    ¨Essayons de dormir après cette terrible journée¨, proposa Diana.

    Et toutes s’allongèrent sur leurs couchettes espérant trouver un sommeil pas trop agité de cauchemars faits d’ongles, de plumes, de langues de chèvres, de rires, de pieds, de ventres, d’aisselles, de supplices de guilis, ni de chatouilles interminables...

  4. #34
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    L’IMMENSE JOIE DE CATHERINA


    Le sur lendemain, après donc deux nuits de sommeil récupérateur et une journée lascive, deux gardiennes se rendirent à la cellule de Moira pour venir la chercher. L’une d’elle lui clama sur un ton très officiel*:


    ¨Après autorisation de Madame La Reine, nous avons reçu ordre de Madame Catherina de vous transférer dans ses appartements où elle vous attend¨


    Connaissant la réputation de Catherina, et suite à sa malheureuse expérience avec elle, Moira demanda d’un ton inquiet*:


    ¨Mais pourquoi Catherina souhaite me voir en privé?¨


    ¨Elle nous a dit que depuis deux jours, et sur accord de La Reine, vous étiez devenue son esclave. Par conséquent, elle a droit de regard sur vous, comme bon lui semble¨, répondit la gardienne

    ¨Et si je refuse?¨ demanda Moira sur un ton de défi


    ¨Et bien je ne pense pas que ce soit une bonne idée, car dans ce cas Madame Catherina serait en droit de demander à ce que vous soyez de nouveau torturée¨, expliqua la gardienne.

    ¨Je suis donc coincée ici dans ce château au bon vouloir de cette… perverse de Catherina¨, s’énerva Moira

    ¨Hélas il n’y a aucune possibilité pour vous que d’obéir. Vous êtes une esclave donc vous lui appartenez entièrement¨


    Et sur ce, la gardienne ouvrit la porte de sa cellule avec une énorme clé. La porte couina en s’ouvrant, la deuxième gardienne pénétra dans la cellule et attrapa Moira par les poignets avant de les attacher entre eux à l’aide de deux anneaux en métal liés entre entre et attachés à une chaîne. Elle attrapa également une des chevilles de Moira, lui attacha un anneau, fît de même à la deuxième cheville, et enfin lia les deux anneaux par une chaîne. Moira ne pouvait donc plus s’échapper facilement, ses pas étant entravés par ces attaches aux chevilles.


    Puis les gardiennes escortèrent Moira vers les appartements de Catherina, gravissant les nombreuses marches des deux escaliers en colimaçons qu reliaient les cachots au rez-de-chaussée du château, et le rez-de-chaussée aux appartements de Catherina.


    Arrivées devant la grosse porte d’entrée en bois de l’appartement, elles frappèrent deux fois.

    ¨Entrez!¨ répondit Catherina


    Les deux gardiennes ouvrirent la porte et pénétrèrent dans l’immense appartement. Catherina, affairée dans l’alcôve de sa cuisine personnelle située dans l’appartement, les rejoignit, un grand sourire aux lèvres.


    ¨Regardez qui nous avons*là ! Moira l’espionne en personne. Alors qu’as-tu pensé de nos petites … agaceries ces derniers jours?¨ demanda-t-elle à la pauvre Moira qui était à la fois apeurée, stressée, en colère et découragée.*


    Moira avait envie de pleurer, hurler, râler, mais au final elle décida de ne pas parler.


    ¨Sais-tu que maintenant tu es mon esclave*? On t’a expliqué ce que cela signifiait pour toi*? Et bien saches que tu es à mon entière disposition*; jour et nuit je peux te faire venir ici comme maintenant et faire de toi tout ce dont j’ai envie. Et comme tu le sais déjà, j’ai un faible pour...les pieds féminins. Et les tiens sont à la fois d’une incroyable beauté et extrêmement chatouilleux. Tu ne pouvais pas mieux tomber, tu es pour moi l’esclave idéale!¨ expliqua Catherina


    Moira crût défaillir par ce qu’elle venait d’entendre. Elle ne supporterait pas une fois de plus les horribles chatouilles que cette femme sadique lui avait fait sous ses pieds les jours précédents.


    ¨Non*! Ne me faites plus de chatouilles sous les pieds*! Je vous en supplie*! Je ne tiendrais pas¨


    ¨Oh mais si tu tiendras. Je vais te faire boire une décoction qui va à la fois te rendre horriblement chatouilleuse, et qui t’empêchera de t’évanouir. C’est pas génial ça?¨ expliqua amusée Catherina d’un air sadique.


    Puis, devant le silence hébété de Moira, elle s’adressa aux gardiennes tout en fixant Moira droit dans les yeux*tout en souriant d’un air carnassier:


    ¨Gaardes*! Installez-là dans la cellule! Une fois attachée, faites-lui boire cette potion¨, en indiquant une fiole remplie d’un liquide transparent de couleur rouge placée sur la table de sa cuisine, fiole qu’elle venait juste de terminer de préparer lorsque les gardiennes avaient frappé à sa porte.


    Les deux gardiennes empoignèrent Moira sans ménagement et l’emmenèrent dans la petite cellule attenante à l’appartement. Moira se débattit comme une diablesse mais les gardiennes étaient trop fortes pour elles. Lorsqu’elle vit la petite pièce avec son chevalet et ses larges roues elle eût un violent mouvement de recul suivi d’un élan de fuite. Mais les gardiennes la maintenaient fortement et réussirent à la traîner jusqu’au chevalet. Puis elles fixèrent ses poignets aux deux anneaux du chevalet, et la portèrent pour l’allonger sur la planche du chevalet*; une des deux gardiennes s’assit sur son ventre pour la bloquer de son tout poids, pendant que la deuxième tenta d’attraper au vol au moins une des chevilles de Moira qui donnait de violents coups de pied dans tous les sens tout en hurlant. Elle finit par y arriver, puis, comme pour Pamela, elle fit passer cette cheville prisonnière de ses mains par l’entaille du mur et par le trou du lit à baldaquins situé dans l’appartement de l’autre côté du mur. Catherina, assise sur son lit, vit enfin apparaître le pied chaussé de Moira par le trou effectué dans la tête de lit, attrapa la cheville, et la bloqua définitivement en faisant jouer le mécanisme de la trappe. Moira hurlait de la laisser tranquille, mais personne ne tint compte de ses supplications. Elle agitait sa jambe libre dans tous les sens de manière folle. Mais la gardienne réussit à attraper la deuxième cheville, à la faire passer par l’échancrure du mur et par le trou en se faisant secouer par les mouvements brusques de la jambe. Catherina attrapa cette deuxième cheville qu’elle bloqua à son tour par le second mécanisme de sa tête de lit.


    ¨Ouf!¨, souffla-t-elle ¨quelle furie! Faites lui boire la potion maintenant !¨


    La gardienne qui avait passé les deux chevilles de Moira par les trous, fît tourner les grandes roues du chevalet de manière à tendre le corps de Moira qui continuait de protester. Lorsque Moira fût complètement immobilisée, la gardienne qui écrasait son ventre, demanda à sa collègue de lui passer la fiole. La deuxième gardienne lui donna la fiole, puis monta à son tour sur le chevalet, s’assit derrière la tête de Moira qu’elle coinça entre ses jambes repliées au niveau des genoux. Moira ne pouvait donc plus bouger du tout ni même la tête. La gardienne ¨de tête¨ pinça le nez de Moira, l’obligeant à ouvrir la bouche. Lorsque la bouche s’ouvrit, la gardienne assise sur le ventre, versa le contenu entier de la fiole dans la gorge de Moira qui, contrainte et forcée, avala tout le liquide rouge avant de reprendre sa respiration. Puis les deux gardiennes descendirent du chevalet avant de quitter la petite cellule laissant Moira attachée seule à ses peurs et énervements.


    ¨Bien*! Très bien*! Je vous remercie. Vous pouvez disposer. Je ne veux être dérangée sous aucun prétexte pendant toute la journée¨ ordonna Catherina aux deux gardiennes qui prirent congé.

    Catherina ressentait une joie et une excitation indescriptible: enfin elle avait pour elle seule à son entière disposition cette Moira avec ses pieds de déesse effroyablement chatouilleux. Elle ne boudait pas son plaisir et décida d’en profiter au maximum en faisant durer le plus longtemps possible ce qu’elle avait l’intention de faire subir à la pauvre Moira.


    Elle commença donc par déchausser Moira. Pour augmenter encore son état d’excitation, Catherina dicta à voix basse pour elle même le premier geste qu’elle s’apprêtait à faire*: ¨déchausser Moira¨. Elle ôta donc les chausses qui lui faisaient face découvrant très progressivement les pieds nus de Moira. D’abord la chausse gauche, découvrant le talon ovale, la plante du pied hyper cambrée, le haut du pied et les orteils longs et fins, puis elle fit de même avec la chausse droite. Et face au spectacle de ces deux pieds se dénudant devant ses yeux, elle ne put s’empêcher de s’écrier ¨OH MON DIEU*!¨ à plusieurs reprises. La vue de ces deux pieds nus sortant comme deux diablotins des deux trous de la tête de lit avaient un côté irréel. Et, mon Dieu, mais quels pieds absolument magnifiques tout en courbes délicieuses*; cette plante, mais p… cette plante à l’incroyable cambrure reliant le talon aux orteils en un S profond, tellement cambrée que les orteils étaient très en avant par rapport au talon, c’est comme si les orteils et la large base triangulaire qui les soutenait étaient suspendus dans les airs*; l’alignement absolument parfait des orteils, le deuxième orteil dominant par sa taille tous les autres*; ses gros orteils en forme de flamme de bougie, avec une base large qui se terminait en pointe vers le haut*; sa plante était très lisse avec une couleur très blanche par rapport au talon, à la large base située sous les orteils, et aux bouts des orteils qui étaient plutôt roses*; ses deuxièmes et troisièmes orteils ressemblaient à des doigts très élégants en miniature avec une cassure en leur milieu, l’extrémité supérieure étant courbée vers les yeux de Catherina.


    Catherina mangeait littéralement des yeux ces deux plantes de pieds nues à l’élégance exquise surmontées par des orteils à l’harmonie parfaite. Elle était hypnotisée par tant de perfection féminine. La simple vue de ces deux pieds nus parfaits jaillissant des deux trous de sa tête de lit la rendait complètement folle d’excitation. Elle ne pût s’empêcher de se toucher en les regardant, car une excitation sourde et incroyablement intense naissait au plus profond de son ventre. Elle accéléra progressivement le rythme de ses propres attouchements en ouvrant la bouche, son rythme de respiration s’accélérait, s’accélérait, elle fermait les yeux de plaisir, mais elle ne pût s’empêcher de les rouvrir afin d’observer en se régalant ces deux pieds nus sources de son embrasement impétueux. Elle approcha sa tête du pied droit et huma l’odeur entêtante de ce pied nu créant en elle une vive stimulation olfactive accompagnée soudain d’un violent et incontrôlable spasme de plaisir qui la fît chavirer dans un orgasme d’une puissance merveilleuse, avant de s’effondrer sur son lit à baldaquin comme une pieuvre molle les yeux révulsés dans une extase absolue. Jamais de sa vie elle n’avait ressenti une telle jouissance…
    Last edited by bill2222fr; 05-11-2018 at 04:34 PM.

  5. #35
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    No comment ?

  6. #36
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    Bientôt la suite : j'en ai écrit la moitié. C'est intitulé ¨LA VERITABLE TORTURE DES PIEDS DE MOIRA¨...

  7. #37
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    LA VERITABLE TORTURE DES PIEDS CHATOUILLEUX DE MOIRA


    A son réveil, Catherina, en levant les yeux, contempla avec délice les plantes de pieds nues de Moira qui se trouvaient juste au-dessus de son visage. Elle observa en silence l’objet de son plaisir qui venait de la mener à son orgasme extrême, et sourit aux anges.

    Puis elle se leva et décida de faire subir à ces délicieux pieds nus une véritable torture par chatouilles, encore bien pire que ce que Moira avait subi jusqu’à présent. Elle savait que, dans cette situation, avec ses pieds nus horriblement chatouilleux exposés de l’autre côté du mur, Moira devait ressentir un sentiment de vulnérabilité extrême. Surtout que Catherina savait que Moira savait à quel point Catherina était une experte en chatouilles des pieds.

    Catherina, elle-même pieds nus, s’assit sur le lit, sur ses propres talons, face aux deux plantes de pieds nues de Moira jaillissant du bois de la tête de lit, plantes de pieds terriblement excitantes et attirantes et qui semblaient hurler qu’on les chatouille. De sa position, elle voyait très bien les orteils longs et élégants, le haut du pied de forme presque triangulaire avec ses deux mamelons séparés par un sillon bien dessiné et sa base qui se rétrécissait légèrement en pointe gracieuse vers le second orteil, haut du pied qui masquait complètement les talons du fait de la très forte cambrure des plantes. Une excitation sourde recommençait toute juste à poindre dans son ventre à la simple vue de ces pieds nus hyper cambrés avec ce haut du pied suspendu dans les airs et projeté en avant par rapport au talon.

    Résistant à la tentation de toucher de nouveau son entre-jambe, elle agita délicatement ses longs index et majeurs en leur faisant effectuer une petite marche fictive dans les airs. Puis elle approcha doucement ces instruments de torture naturels des creux délicieux des deux plantes de pieds nues, obligée de baisser légèrement sa tête en la penchant sur le côté de manière à les distinguer dans leur intégralité à cause de leur vertigineuse cambrure. Affichant un très large sourire, elle frôla du bout de ses ongles d’index et de majeur agités la peau fine et douce qui partait de la fin des talons jusqu’au sillon séparant les bases des deux coussinets, et ce simultanément sur les deux plantes de pieds nus. Dès ce premier contact complètement inattendu par Moira qui n’avait absolument rien entendu, les deux pieds nus se contractèrent et se reculèrent violemment de quelques centimètres bloqués par le bois de la tête de lit dans un réflexe chatouilleux, s’éloignant instantanément des ongles longs tels les yeux- antennes d’un escargot que l’on viendrait effleurer. Lors de ce mouvement brusque, les hauts du pieds se plièrent vers l’arrière orientant ainsi les longs orteils flexibles vers le plafond, et Moira poussa un petit cri de surprise qui traversa le mur, ce que ne manqua pas de noter Catherina.

    Face à ce cri et à cette réaction involontaire assez violente, Catherina était aux anges. Son sourire déjà très grand s´élargit encore. Elle décida de suivre de ses ongles longs cette plante qui semblait s’offrir encore plus du fait de sa nouvelle orientation. Cette fois-ci elle frôla le haut du pied depuis le sillon délicat de la base des mamelons juste au dessus de la cambrure prononcée jusqu’à la séparation entre le deuxième et troisième orteil avant de redescendre le long de la base des orteils vers l’extérieur des pieds nus, puis sur les mamelons avant de remonter vers la base des gros orteils. L’effleurement des ongles sur ce haut du pied était extrêmement léger, à peine perceptible, mais il engendrait une terrible démangeaison pour la pauvre Moira qui fermait ses yeux en les crispant tout en faisant une grimace caractéristique en retroussant son nez, et en gémissant. Les deux pieds nus, tantôt reculèrent violemment par simple réflexe chatouilleux comme traversés par un courant électrique, tantôt se tordaient de manière à éviter les ongles longs et pervers.

    Ce mini ballet accompagné de ce petit gémissement ravit Catherina qui pouvait ainsi facilement imaginer le chatouillement que devait ressentir la propriétaire de ces pieds nus qui se trouvait de l’autre côté du mur.

    Puis, elle décida de dessiner le pourtour intégral des deux pieds nus juste avec la pointe de ses deux index: la base des orteils en forçant très légèrement le passage avec ses ongles d’index sous les quatrièmes et cinquièmes orteils, les bords externes des pieds, un peu plus charnus, le bord ovale des talons depuis l’extérieur vers l’intérieur en passant bien sûr par la base du talon, puis les creux des plantes blanches hyper cambrées et légèrement plissés, avant de remonter sur les bords internes des mamelons situés juste sous les gros orteils; puis elle recommença ce petit tour de ses deux index, mais sans faire de petit guilis guilis en agitant son doigt.

    Durant ce nouvel effleurement, les pieds de Moira se tordirent dans tous les sens tentant de se soustraire à ces index vicieux*: ils se contractèrent plissant les plantes réduisant la cambrure, ou, au contraire, se cambrèrent faisant avancer encore plus les haut de pieds tout en écartant les orteils, ou bien s’éloignèrent ou se rapprochèrent entre eux. Moira se retenait pour ne pas rire: elle gémissait, poussant des petits cris entre ses dents serrées, faisant un sourire de plus en plus grimaçant, les yeux fermés et très crispés.

    Après deux tours des pieds nus de Moira avec ses index, Catherina décida se s’occuper des orteils chatouilleux de Moira: elle dessina des petites figures du bout des ongles pointus sur les gros orteils depuis leur base jusqu’à la pointe en insistant sur la base ce qui contracta le gros orteil et fit gémir un peu plus Moira. Puis elle s’attaqua à la base des deuxièmes et troisièmes orteils remontant le long de ces doigts de pieds traçant sur eux des lignes de bas en haut et de haut en bas, tout en remuant cette fois-ci le bout des doigts, effectuant donc des petits guilis guilis. Moira bouillait sous les chatouilles*: elle avait de plus en plus de mal à se retenir de rire, ses gémissements se firent plus nombreux et aigus. Puis Catherina, fit passer ses ongles d’index toujours remuants sous les quatrièmes et cinquièmes orteils en effectuant des petits mouvements de va-et-viens forçant le passage avant de gratouiller les deux petits orteils et de revenir à leur base où elle aimait se faire coincer les index en les bougeant. Moira émit un petit cri étouffé suivi d’un petit rire délicieux. Elle n’allait pas tarder à exploser de rire, Catherina en était certaine.

    Elle poursuivit ainsi un long moment ces effleurements faisant varier l’intensité des chatouilles augmentant ou diminuant ainsi la fréquence et la force des gémissements de Moira qui parfois pouffait de rire comme une collégienne tout en cambrant ou bien plissant ses plantes et tendant ou bien au contraire crispant ses orteils dans des torsions improbables. Les contorsions de ces magnifiques pieds nus provoquées par ses effleurement, et ce à seulement quelques centimètres de ses yeux, déformations accompagnées de ces gémissements très féminins et de ces rires excitants hypnotisaient Catherina en la rendant complètement folle d’excitation.

    Catherina prit ainsi un malin plaisir à faire varier à l’infini la puissance de ce rire et de ces suppliques pendant plus d’une heure. Plus d’une heure de chatouilles par effleurements plus ou moins appuyées faisant fluctuer indéfiniment la vitesse, la force et l’amplitude de ses dix doigts longs, fins, infatigables et incroyablement flexibles sous les pieds nus de Moira parcourant inlassablement de ses ongles pointus les plantes de pieds, les coussinets, les orteils, les talons, les bords charnus, et même les dessus de pied, obligeant ainsi Moira à crier, rire et supplier sans cesse avec une voix qui tendait de plus en plus vers les aigus tout en tordant délicieusement ses pieds nus dans des contorsions incroyables:

    ¨mhiiiii… hihihi… ca chatouille… HIHIHIHI…. ca chatOUILLE … mmmmmhhhiiiii… pfuuuf… haha..hihi… hihihihi…. ca chaaaaatOUIIIIILE…. HAHAHAHAHA… ca fait des guiliiiis... hihihihi…. hihihihi… CA FAIT DES GUILIS SOUS LES PIEEEEDS... pas sous … sous les pieEEEds… hihihi… ca me fait des guilis guilis sous les pieds…. hihihihi… HIHIHIHI… je ne peux pas m’empecher de rire… hihihihih… hihihihihi…. HIHIHIHIHIHI… HIHIHIHIHIHI…. hihihihihi… oh ces ongles … hihihihihi.. ces ongles… CES ONGLES LONGS…. HAHAHAHAHA… ILS… HIHIHIHI… ILS ME FONT DES GUILIS SOUS LES PIEEEDS…. HIHIHIHI… pas LAAAA… hihihihi… pas LAAAA... PAS SOUS LES DOIGTS DE PIEEEEEDS… NOON… hihihihih… hahahaha…. hihihihihi… hihihihihihi… pas sous la PLAAAAAAANTE DES PIEEEEEEEDS… pas sous la plante…. pas sous la plante des pieds… hahaha.. HAHAH… hihihi…. hiihihihihi… je suis trop chatouilleuse des pieds… hahahaha… ca me chatouille … hahaha.. ca chatouiiilllee .… ca chatouille … hihihi… ca me fait des chatouiiilles.. ca me fait des chatouilles sous les pieds…. hihihihi….arretez les chatouilles arretez les chatouilles hihihihi...¨

    Catherina était aux anges. Puis, sans prévenir et sans ménagement, elle agita tous les ongles de ses dix doigts comme des pattes d’araignées parcourant tous les orteils chatouilleux de Moira depuis leur base jusqu’à leur pointe de manière très appuyée dans des allers et retours redoutables déclenchant d’abominables chatouilles. C’en était trop pour Moira qui d’un seul coup se mit à hurler de rire en agitant ses orteils tous les sens*:

    ¨buuuuuuUUUUUUAAAAAAAAA….. HHHAAAAAAAAAAA… HAHAHAHAHAHA….. HAAAAAAAAAA…. HAHAHAHAHAHAHA….HAAAAAAA…. HIHIHIHIHIHIHI… uuuuUUUAAAAAAAHAHAHAHA… UUUAAAAAAHAHAHA… ¨

    Pour augmenter encore plus l’effet des chatouilles, Catherina susurra de temps en temps quelques ¨guili guili guili...¨ par ci par là. Ces ¨guili guili guili¨ très aigus, toujours répétés trois par trois, étaient séparés par de longs silences de la part de Catherina, ou bien par des remarques du genre ¨tu es chatouilleuse sous les orteils*? hein*?¨, ¨tu crains les chatouilles sous les doigts de pieds?¨, ¨ça te fait des guilis guilis sous les doigts de pieds¨, ¨c’est terrible les chatouilles de mes ongles longs sous les orteils, hein, c’est un vrai supplice n’est-ce pas*?¨ ou bien tout simplement par un petit rire sadique, avant donc de répéter ¨guili guili guili¨.

    Puis Catherina arrêta de la chatouiller sous les orteils avec ses ongles, laissant à Moira le temps de récupérer. Moira en profita pour reprendre sa respiration, en soufflant de manière hachée et rapide ¨huff...hufff...hufff...¨. Mais très vite, Catherina reprit de nouveau le supplice des chatouilles en effectuant un effleurement lent et langoureux sous tous les orteils en étendant la zone de contact à la surface du haut du pied et au dessus des pieds. Ceci généra un immense frisson à Moira qui lui remonta jusqu’aux oreilles en passant par sa colonne vertébrale et la fît bouger comme un serpent sur la planche du chevalet en un spasme voluptueux. Son corps frissonna, ses poils se hérissèrent, même ses cheveux se redressaient sous ces caresses. Ses yeux se fermaient de plaisir, sa bouche s’ouvrait en cœur.

    Mais soudain, sans crier gare, Catherina agita tous ses dix ongles sur toute la surface des coussinets remontant vers la base des orteils, puis vers les pointes des orteils avant de revenir à la base des orteils et vers la base des coussinets, avant de recommencer, gratouillant en bougeant ses ongles longs de manière aléatoire et assez rapide en répétant ¨guili guili guili¨, puis un silence, puis à nouveau ¨guili guili guili¨, puis un silence puis à nouveau ¨guili guili guili¨ en synchronisant ses ¨guili guili guili¨ avec ses mouvement d’ongles lorsque ceux-ci étaient plus appuyés.

    De nouveau Moira explosa de rire sous ces nouvelles sensations de chatouilles inattendues. Ses pieds nus se tournaient vers le haut et donc légèrement vers l’arrière exposant un peu plus ses plantes, les orteils recourbés vers le plafond, obligeant les ongles de Catherina à suivre la courbe des mamelons et des orteils orientés vers le haut.

    Puis, irrésistiblement attirée par ces plantes de pieds nues qui, du coup, étaient bien exposées et magnifiquement cambrées, Catherina abandonna les guilis guilis plus ou moins légers des dessous d’ orteils pour précipiter ses longs ongles dans les deux creux très profonds des plantes en faisant frétiller violemment ses longs doigts fins dans tous les sens sur les zones musclées et abominablement chatouilleuses situées juste entre le haut des talons et la base des coussinets. Les horribles chatouilles ainsi procurées étaient absolument insupportables pour Moira qui fût secouée par de terribles spasmes qui lui remontaient dans son ventre jusqu’à sa nuque et qui lui coupèrent nette sa respiration.*Incapable de la moindre inspiration ou expiration, sa bouche s’ouvrit très largement mais absolument aucun son n’en sortit stoppant net ses rires. Le silence soudain fût inquiétant. La tête de Moira devenait de plus en plus rouge puis bleue. Puis, au bout de longues, très longues secondes d’asphyxie, Moira, au bord de l’étouffement, dans un réflexe de survie, prit une immense inspiration suivie d’un cri strident sur-aigu accompagné d’un énorme éclat de rire, tandis que les ongles longs et agiles de Catherina continuaient sans cesse de lui faire d’épouvantables chatouilles dans les deux creux lisses de ses plantes de pieds nues tendues et hyper cambrées*:

    ¨wuuuuuaaaaAAAAAAAAAAAAH…. AAAAAAAAAAHH… AAAAAAHHHHHH… HAHAHAHAHAHAHA… HAHAHAHAHAHA…. wuuuAAAAAAA…. HAHAHAHAHA… HIHIIIIIIIII…. HAHAHAHAHAHA… HAHAHA..HAHAHA… wuuuuuuuuuuuUUUUUUUAAAAAAAAAAA… AAAAAAAAAAHHH…. HAHAHAHAHAHAHA…. HIIIIIIIIAAAAAAHAHAHAHAHAHAHA… HIHIHIHIHIHIIIIIII… HIIIIIIIIIIIIIIIIIII… HIHIHIHIHIHIHI… HAHAHAHAHAHAHAHA… wuuUUUUAAAAAHAHAHAHAHA… HHAHAHAHAHAH….HAHAAAAAAAAAA….¨

    ¨Le rire de Moira, mon Dieu mais quel rire, et qu’est-ce qu’elle craint les chatouilles sous la plante des pieds¨ se dit Catherina pour elle-même surexcitée, complètement hypnotisée par ce rire clair, fort, puissant, saccadé, descendant par paliers successifs des hyper aigus vers les graves puis vers un claquement de gorge de plus en plus silencieux sous l’effet de l’asphyxie procurée par les atroces chatouilles des pieds retardant jusqu’à l’extrême limite la reprise de l’inspiration, avant la reprise de ce même rire incroyable...

    Moira croyait devenir folle sous cet abominable supplice des chatouilles. Elle tirait vers elle sur ses jambes comme une demeurée dans un effort surhumain voulant arracher le bois de la tête de lit et le mur qui lui maintenaient ses chevilles complètement prisonnières. Elle était absolument incapable d’empêcher ces ongles longs de lui chatouiller ses pieds nus exposés de l’autre côté du mur. Elle hurlait de rire, et à force de rire ses cordes vocales et les muscles de ses abdominaux lui faisaient mal, elle riait, riait sans cesse sous les chatouilles de ses plantes de pieds nues, elle agitait et tordait ses pieds dans tous les sens sous la torture, ses chevilles aussi lui faisaient mal à force de tirer dessus comme une folle. Catherina fit durer, durer, durer très longtemps l’épouvantable supplice sachant que Moira avait bu la fiole contenant le liquide augmentant s’il en était besoin son incroyable sensibilité aux chatouilles et surtout l’empêchait de s’évanouir.

    Après presque deux heures d’horribles chatouilles avec les ongles dans les creux très profonds des plantes de pieds, mais également de temps en temps à la base ou le long ou sous les orteils, sur les talons, sur les coussinets, sur le sillon séparant les coussinets, et de nouveau dans l’immense cambrure, Moira avait perdu la raison. Ses hurlements de rire et ses cris stridents furent entendus dans tout le château traversant les murs de sa cellule, atteignant la salle du trône où se trouvait La Reine et sa cour, la place du marché quasiment vide ce jour, les remparts occupés par quelques gardiennes, et même les tréfonds des cachots où se trouvaient les complices de Moira qui ne pouvaient qu´imaginer les sensations horribles de chatouilles que devait subir leur amie.

    C’est donc après trois longues heures de torture que Catherina décida d’arrêter, laissant Moira haletante, pantelante, suante, en larmes, un immense sourire irrépressible traversant son visage, sa tête violacée, ses cheveux en bataille tellement elle avait secoué sa tête dans tous les sens, ses chevilles rougies par les frottements terribles des trous de la tête de lit tandis qu’elle avait essayé en vain de les arracher à la torture, son cœur battant la chamade à vive allure, sa culotte trempée d’urine abondante, ses pieds nus figés dans des contorsions impossibles avec un pied immensément cambré vers le bas et l’ autre, au contraire, orienté vers le haut, son ventre parcouru de spasmes de rires résiduels et aléatoires, son corps secoué de convulsions parfois violentes. Jamais, oh mon dieu non jamais, elle n’avait été torturée par chatouilles de la sorte. Son point faible avait été exploité à mort par les ongles de Catherina, pour l’amener brutalement dans un véritable enfer de supplice de chatouilles des pieds.

  8. #38
    Join Date
    Jun 2008
    Location
    paris, france
    Posts
    160
    C'est moi qui vais perdre la raison si je continue à lire tes histories, cher Bill. En tout cas, les lire dans les transports en commun au moment d'aller travailler n'est pas la plus sage des idées - parce que se retrouver avec une érection dans un wagon bondé, heu, comment dire... c'est terrible ! Félicitations pour ton orthographe, au fait. Ah, que je rêverait de fillettes histoires....

  9. #39
    Join Date
    Jun 2008
    Location
    paris, france
    Posts
    160
    Pardon, mon appareil a bu un peu : je voulais dire : "filmer tes histoires", bien sûr ! lol

  10. #40
    Join Date
    May 2018
    Posts
    1

    девушек на ра&

    Авторитетное сообщение

    ---
    Ну они и дают жару водитель девушка работа, работа барнаул девушка или вакансии для девушек усинск работа девушке
    Âàø îòâåò áåñïîäîáåí... , ðàáîòà ñëåäîâàòåëåì äåâóøêà èëè ðàáîòà õîñòåñ äëÿ äåâóøåê ðàáîòà äåâóøêàì àäëåð

  11. #41
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    Merci pour vos commentaires ça fait plaisir d autant que ils se font rares

  12. #42
    Join Date
    Jun 2008
    Location
    paris, france
    Posts
    160
    Cher Bill, c'est quand tu veux pour que je filme tes histoires..... j'adorerais çà ! mais c'est vrai que cela demanderait un petit budget.... et des filles aussi courageuses et endurantes que chatouilleuses !

  13. #43
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    Cher paristickler
    Tu as déjà réalisé des vidéos de chatouilles ?
    Tu connais des filles chatouilleuses? Avec des pieds hyper cambrés ? Et prêtes à dire ce que La reine et autres femmes bourreau disent comme par exemple répéter "guili guili guili " ? Si c est le cas ce serait cool...

  14. #44
    Join Date
    Jun 2008
    Location
    paris, france
    Posts
    160
    Salut Bill, je viens juste de te laisser un message dans ta boîte privée - à plus !

  15. #45
    Join Date
    Oct 2004
    Location
    paris
    Posts
    187
    LE ROYAUME D’HELENA



    A une centaine de lieues du château de la terrible Reine, se trouve celui d’une autre Reine tout aussi cruelle*: La Reine Héléna dont le rêve absolu est de renverser sa concurrente directe, de récupérer ses Terres afin de doubler la taille de son propre Royaume. Mais jusqu’à présent tous ses plans ont été déjoués et ses tentatives d’espionnage son restées infructueuses. Elle était toujours sans nouvelles de Moira et de ses complices depuis plus d’une longue semaine maintenant*: il devait leur être arrivées quelque chose, car en temps normal elle recevait au moins une information confirmant leur couverture tous les 3 ou 4 jours. Elle espérait qu’aucune information n’avait été divulguée au cours d’un éventuel interrogatoire. Elle était loin de s’imaginer les terribles supplices que subissaient Moira et ses complices.

    Elle convoqua sa garde rapprochée constituée de cinq personnes de confiance. Elle leur exposa ses craintes quant à la très vraisemblable découverte des activités d’espionnage menées au château de l’autre Reine. Elle leur demanda leur avis sur la marche à suivre.

    L’une d’elle proposa d’interroger une des femmes soldats de l’autre Reine actuellement prisonnière de la Reine Héléna, mais celle-ci avait été capturée il y a plus d’un mois et donc ne devait pas être au courant des dernières activités.

    ¨Tant pis nous n’avons rien à perdre. Interrogeons-là. Amenez-là dans la salle de torture et installez-là sur le chevalet.¨

    ¨Bien Madame La Reine¨

    Sonia, l’une des fameuses prisonnières, fût choisie pour subir l’interrogatoire du fait de son aspect plus fragile que ses acolytes. Elle fût saisie par 4 gardiennes dans sa cellule et emmenée sans ménagement vers la salle de torture située un étage plus bas par rapport aux cellules.

    Sonia était une belle blonde de taille moyenne aux belles proportions. Elle ressemblait un peu à Moira sans son élégance naturelle et le port altier de son beau visage. Ses cheveux mi-logs cascadaient sur ses épaules aux courbes douces.

    Elle tenta de résister mais dût se résoudre à suivre les pas de la gardienne de tête encadrée par les 3 autres, Aucune échappatoire n’était possible. Lorsque la petite troupe se trouva devant la porte de la salle de torture, la gardienne de tête l’ouvrit faisant grincer les gonds dans un bruite sinistre et découvrant une salle assez grande munie d’une multitude d’instruments de torture divers et variés. Dans un coin de la salle, se trouvait un chevalet en bois horizontal muni de planches verticales trouées pour emprisonner chevilles et poignets, écartelant ainsi la pauvre victime. Des chaînes entraînées par des grandes roues latérales permettaient de tendre les membres de la victime jusqu’à l’étouffement si nécessaire.

    On y installa Sonia après l’avoir déshabillée complètement. Elle se retrouva ainsi couchée sur le dos sur ce chevalet très inconfortable, les bras tendus derrière sa tête, ses jambes légèrement écartées. Ses chevilles étaient emprisonnées dans des trous pratiqués dans une planche en bois fixée perpendiculairement sur le chevalet. Ses poignets étaient fixés de la même manière à l’autre extrémité du chevalet sur une autre planches semblable. Une des gardiennes tournait une roue qui enroulait deux chaînes fixées à une des 2 parties coulissantes du chevalet afin de tendre la pauvre Sonia comme un arc dans un cliquetis lent, sinistre et régulier.

    Sonia avait maintenant quelques difficultés à respirer du fait de la très forte tension des chaînes. Durant tout le processus, elle n’avait pas arrêté de crier de la laisser tranquille, de la détacher tout en se débattant. Mais elle ne pouvait rien faire face au nombre de gardiennes et à leur force.

    Elle ne pouvait donc que rester là sans pouvoir bouger d’un millimètre sur ce chevalet de torture.

    Puis La Reine elle-même pénétra dans la salle de torture, encadrée par deux gardiennes supplémentaires, et s’approcha de la pauvre Sonia qui peinait à respirer et commença à paniquer à la vue de La Reine Helena. Elle se sentait tellement vulnérable, attachée ainsi nue face à ces gardiennes et à La Reine elle-même.

    ¨Alors, sais-tu pourquoi j’ai demandé à ce que tu sois installée sur ce chevalet de torture*? ¨, demanda la Reine en souriant à la pauvre Sonia presque en pleurs.

    ¨ Non, je … je ne sais pas. Détachez moi je vous en prie¨, répondit-elle la voix tremblante de peur.

    ¨Je vais te faire parler. Je veux que tu me dises tout ce que tu sais au sujet de ta Reine. ET je sais comment te faire parler. Nous avons toute la nuit s’il le faut¨

    ¨ Mais je n’ai rien à vous dire. Je suis votre prisonnière depuis un mois et il a dû se passer beaucoup de choses en un mois. ¨ tenta Sonia

    ¨Mais je veux savoir ce que tu faisait au château avant et quelles sont les faiblesses de la forteresse de Ta Reine. PARLES*!

    ¨Je,je n’ai rien a vous dire¨

    ¨ C’est ce qu’on verra. J’espère juste, pour toi, que tu n’es pas trop...CHATOUILLEUSE!!¨

    ¨ A ce mot, le coeur de Sonia se mit à battre à tout rompre, car s’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas c’était bien les CHATOUILLES.

    ¨Non pitié*! Vous ne pouvez-pas me faire ca surtout attachée comme ca. Je ne peux presque pas bouger ni respirer¨

    ¨Alors PARLES!¨

    ¨je je ne sais rien du tout, ne me chatouillez pas je vous en prie¨

    ¨Tant pis pour toi¨

    Et la Reine elle même approcha ses ongles longs de Sonia et les agita effleurant légèrement la peau fine et douce du ventre nu de Sonia. Au contact de ces ongles longs, Sonia fût parcourue d’un long frisson qui contracta ses abdominaux dans un réflexe immensément chatouilleux. Sonia fixait de ses yeux grands ouverts ces ongles longs en train de parcourir toute la surface de son ventre nu, comme hypnotisée par le ballet des longs doigts fins de La Reine. Elle devait faire des efforts avec les muscles de son cou afin de mettre sa tête la plus verticale possible perpendiculairement au chevalet son menton butant sur le haut de son torse.

    Un sourire grandissant s’afficha sur son visage. Sa respiration se fît plus difficile, d’abord par le nez puis pas sa bouche qu ‘elle essayait de tenir fermée. Mais c’en était trop, elle commença à balbutier en riant, ses yeux hypnotisés par les mouvements habiles et sadiques de ces longs ongles féminins effleurant son ventre nu*hyper tendu et chatouilleux:

    ¨aaaahhh… hihihihi… arretez … arretez .. arretez … hahaha… ihihihihi… hihihihi.. vous me faites des chatouilles… hhihihihihi… vous me faites des guilis guilis sur le ventre…. Hihihihihi...¨

    ¨Je sais ce que ca te fait*! Je vais faire durer ce supplice des chatouilles très très longtemps*! Ca fait des guilis guilis sur le ventre n’est-ce pas*? Guili guili guili...¨ dit La Reine tout en chatouillant délicatement la peau nue du ventre tendu de Sonia

    ¨Madame La Reine…. Hahahah… hhiihii.. arreteez les guilis guilis… hiiiihihih.. vos ongles me hihihihih… vos ongles me chatouillent le ventre…. Hahahaha… hihihihih… ils me font des guilis guilis guilis sur le ventre… je ne peux pas protéger mon ventre c’est atroce…. Je suis complètement tendue sur ce chevalet … Hahahaha c’est affreux je ne peux pas protéger mon ventre nu de vos longs ongles …. hihihihih… hihihihihihi... vous me chatouillez le ventre avec vos ongles longs… hihihihihi…. Hihihihihi… haha… hihi...hiii…...hiihihihihihi… hihihihihihih…. je...gui...ihihihihih… vous me faites des guilis guili …. bbwuuuuUUUUAAAAAAHAHAHAHA HAHAHAHAHA HAAAAA… NOOON PAS CAA PAS CAAAA hihihihi… pas comme ca arretez les chatouilles…. ne me pincez pas les hanches c’est horriiiiiiiiiible…. Hihihihi… bwuuuUUAAAAAH… HAHAHAHA… HAHAHA…. HAHAHAHAH….pas les hanches pas les hanches hahahahaha…. bwuuuuAHAHAHAHHAHAH HAHAHAHAHAHAHA...HAHAHAHAHA… ca fait d’horribles chatouilles… aahhahahaha… arretez les chatouilles arretez les chatouilles pas les chatouilles pas les chatouilles c’est de la torture… bwuuuuAAAHAHAHAHA… HAHAHAHA… HHHHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA… HAHAHAHAHA … bwuuuAAAAAHAHAHAHA… HAHAHAHA… hiihihihi… hihihihihi… ¨

    De temps en temps, la Reine interrompait les insupportables et incessants guilis guilis sur le ventre nu de Sonia, la faisait hurler de rire en lui pinçant-relâchant-pinçant-relâchant-pinçant-relâchant-pinçant-relâchant les hanches dans des mouvements très très rapides de ses doigts qu’elle enfoncait très violemment au creux des hanches les pouces en appui sur le dos, ses mains enserrant ainsi la taille fine de Sonia qui se tordait de rire sous les abominables chatouilles. Puis elle reprenait le supplice des guilis guilis en faisant galoper tous ses ongles sur toute la surface chatouilleuse du ventre nu et blanc de la pauvre Sonia qui riait riait riait riait riait sous la torture, ses abdominaux se contractant violemment sous les effleurement sadiques des ongles longs et vicieux. Le visage de Sonia était hilare, ses yeux tantôt fermés, tantôt grand ouverts suivant le ballet des ongles et des doigts de la Reine sur son ventre nu qu’elle aurait tellement voulu protéger de ses bras. Mais ceux-ci était fixés très loin derrière sa tête, rendant ainsi son ventre nu sans aucune défense possible. Elle ne pouvait que rire rire rire rire rire sous la torture en se laissant chatouiller le ventre sans rien pouvoir faire d’autre*; pendant une durée interminable*ses rires et suppliques emplissaint toute la salle de torture:

    ¨Hihiihihih… hihihihihih…. Laissez mon ventre tranquille ...hahahaha… je ne sais rien du tout…. Arretez de me torturer le ventre hhahahaha… ihihihihihihi… hihihihihih… ca chatouille… ca me chatouille… ca me fait des chatouilles…. ca fait des chatouilles… ca fait des guilis hihihihihi. hihihihihihih… vos ongles … vos ongles longs… hihihihihi… ils me font des chatouilles hahahah uuaaahahah… arretez les chatouilles arretez de me faire des chatouilles sur le ventre c’est atroce… pas le ventre c’est horrible hahahaha… je ...ne peux pas parler…. Hiihihi.. vous me faites trop de chatouilles hahahaha… hihihihi.. madame La Reine je vous en prie …. hihihihihi… arretez de me faire des chatouilles sur le ventre… arretez ce supplice… hihihihihi… hiihihihihi.. je ne sais rien du tout…. Hahahahaha… je ne peux pas parler…. Hahahahahaha… iihihihihi… hihihihihi… c est horrible toutes ces chatouilles qui ne s’arretent pas… je ne peux pas m’empecher de rire… hihihihihi… vos ongles me chatouillent le ventre…. Hahahaha… ils me chatouillent le ventre…. Hihihihihi.. je vais finir par parler… heheheheh… hihihiihi… mais arretez ce supplice… c’est une véritable torture… hihihihihi...arretez de me faire subir ce supplice du chatouillement… hihihihi… je ne supporte pas les chatouilles...je crains trop les chatouille sur le ventre…. Hihihihi... c’est pire que les pieds… hiihihihi… hihihihihi… stoppez vos ongles longs… stoppez ces ongles stoppez ces ongles … arretez de les gigoter sur mon ventre… ca me chatouille ca me chatouille trop…. Hahahaha...hihihi...¨

    ¨PARLES*! PARLES*! Je te donne dix secondes pour parler*! Si tu ne parles pas dans dix secondes, je te fait de très violentes chatouilles sur le ventre et les hanches pendant cinq longues minutes sans interruption… alors PARLES*!

    ¨ huff...hihihi...hufff. Je ne peux pas… je hihihihi.. je ne s……….

    ¨ PARLES*! PARLES PARLES! GUILI GUILI GUILI GUILI... GUILI GUILI GUILI GUILI … GOUZI GOUZI GOUZI GOUZI… je vais te faire d’horribles chatouilles toute la nuit si tu ne parles pas… TIENS PRENDS CA...GUILI GUILI GUILI...GUILI GUILI GUILI...PARLES! PARLES NOM DE DIEU*! GUILI GUILI GUILI GUILI… GUILI GUILI GUILI GUILI GUILI GUILI GUILIGUILI GUILI GUILI GUILI guili guili guili guili guili guili guili guili…. GUILI GUILI GUILI GUILI...¨ cria la Reine tout en pincant relachant sans cesse les hanches de manière très violente fouillant de ses ongles longs et puissants les chairs du ventre et de la taille à la recherche des endroits les plus abominablement chatouilleux forçant la pauvre Sonia à hurler de rire

    bwuuuaaAAAAAAAAHAHAHAh… HAHAHAHAHA… WUAAHAHAHAHAHA… WUAAHAHAHAHAHHAH… HAHAHAHAH… HAHAHA… HAHAHAHA… HAHAHAHAHA… HIHI...HAHAHAHA… wuAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHh… je vais… HAHAHAHAHAH… HAHAHA… je ne p… HAHAHAHAHAHA… HAHAHAHAH.. arr..HAHAHAHAH… wuuAAHAHAHAH…HAHAHAHA……… ………..laissez-moAAAAA AAHAHAHAHA… arretez les chatOUUUUUUILLES hahahaha…. HAHA… hahahaha… HAHAHAHAHAH… c’est horiiIIIIIIIIBLE… hihihihi… HIIIHIHIIIIII… HHHAHAHAHA… wuuUAAAAAAAHH.. HAHAHAHAHAHA…. HAHAHAHAHAH..je vais… HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHA… HAHAHAHAHAH… arr… AHAHAHAHAHA… c’est … HIHIHIHIHI… HAHAHAHAHAHAH… HAAAHAHAHAHAHA… HAHAHAH… HHIHIHI… HAHAHAHAHA… je ne p… HAHAHAHAHAH… HAHAHAHAHAH… ca chaAAAAAAAAAAAAA… HAHAHAHAHAHAH… HAHAHAHAHAH… paslesguiliiiiiiiiiIIIIII...paaaaAHAHAHA...lesguii iiiii...HIHIHIHIHI…. Pas laaAAAAAAA… noon. Pas le vHAHAHAHAHAHA… pasleventre… HAHAHAHAHA… pasleventre...HAHAHAHAHAH…. Ihiihihihii… je ne … hihihihihi… pasAHAHAHAHA…. Je vais parleEEEEEEEEEEHEHEHEHEHE… je vHAHAHAHAHA… wuuUAHAHAHAHA… WUUUAAAAAHAHAHAHA….


    ¨guuuuiiiili guili guili guili….guuuiiiili guili guili guili guili guili guili...ca fait d’horribles chatouilles sur le ventre et sur les hanches hein*? GUUUUIIIIILI GUILI GUILI GGUILI GUILI GUILI… GUILI GUII GUILI GUILI...tu crains les chatouilles sur le ventre hein*? Guili guili guili… guili guili… je sais que c’est atroce de se faire chatouiller le ventre comme ca guili guili….¨

    ¨ARRETEEEEEEHEHEHEHEHE… wuUAAAAAHAHAH… wuAAAAAHAHAHAH… HAHAHAHAH… ca fait trop de chatouilles… HAHAHAHAH…. HHAHAHAHA… cést horrible…

    ¨GUILI GUILI GUILI GUILI...¨

    ¨non noooon aaaahahahah…

    ¨guuuuuuiiiili guili guili guili guili guili… guuiiili guili guili guili...¨

    ¨ẅuUUAAAAHAHAHAHA...wuAAHAHAHA...¨

    guili guili guili guili………. Guili guili guili…. Tu les crains sur le ventre hein? Guili guili¨

    ¨HAHAHAHA...hihihihi… HIHIHIHI…. HAHAHAHAHA...¨

    ¨PAAAAARLES*!!! Tiens voilà encore plus de chatouilles sur les abdominaux c’est terriblement chatouilleux là hein GUUUIIILI GUILI GUILI GUILI GUILI¨

    ¨HAHAHAHA… je vais m…. HAHAHAHAHAH… de riiiiiiiiiIIIIIIRE HIHIHIHI...¨

    ¨Je vais m’arreter pour te laisser reprendre ton souffle et te laisser parler¨.

Page 3 of 4 FirstFirst 1234 LastLast

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •